Parcourir la distance

J’adore courir, bien que ça n’ait pas toujours été le cas, je peux maintenant dire qu’aujourd’hui je suis une adepte de la course à pied. Je veux être capable de partager avec vous mes expériences et conseils de course, mais je pense que pour se faire je dois d’abord vous donner un peu mon historique personnel de la course à pied.

Ma carrière de coureuse, appelons-là comme cela car en saison j’y passe tout de même quelques heures par semaine, a commencé au printemps 2009. Plus jeune j’avais joggué un peu, et j’avais joué au soccer (ou football) pendant 9 années, donc je n’étais pas complètement ignorante face au concept de la course.

C’est mon copain qui m’a convaincu de m’y lancer en me disant que si tu peux courir un 10km, tu peux courir un demi-marathon (21.1km). « D’accord » lui ai-je répondu tout bonnement, mais réellement je n’avais jamais couru un 10 km. Donc au printemps 2009 je me suis mise à m’entraîner légèrement (un 4 km ici, un 5 km là). Rendue au jour de la course, j’étais réellement sous-entraînée, ma plus longue distance d’entraînement ayant été un 11km avant d’aller participer au demi-marathon des Deux-Rives à Québec. Par un miracle quelconque je l’ai terminé et en-dessous de 2h00 (apparemment considéré comme très bon pour une débutante).

Moi en action pendant mon premier demi-marathon!

Moi en action pendant mon premier demi-marathon!

Je voulais faire mieux, alors j’ai continué. Un demi-marathon à Montréal le septembre suivant, suivi par un autre demi-marathon en octobre à Toronto. Les deux avec des temps au-delà de 2h00. Alors là mon orgueil a fait mal. En 2010, je m’y suis remis avec un entraînement plus acharné et ai accomplis deux autre demi-marathon. Mais encore à ce moment, chaque sortie était difficile, je me battais toujours contre moi-même pour me motiver à sortir courir.

C’est finalement au printemps 2011, suite à mon inscription au marathon d’Ottawa que j’y ai trouvé mon plaisir. Non pas parce que j’allais courir un marathon….ça c’était terrifiant, mais parce que le temps que je faisais n’était plus important, il fallait s’entraîner et le but principal était maintenant simplement de se rendre au bout de la course. Je me souviens exactement de la journée ou ma relation avec la course a changé pour le meilleur. Je sortais pour un entraînement de 24 km seule (oui c’est long). C’était une belle journée de printemps et j’allais courir sur le canal Lachine et j’ai eu un moment, une révélation quoi! En fait, ma tête a arrêté de se soucier comment mon corps allait et j’ai simplement apprécié le fait que j’étais dehors par une belle journée, à bouger et à profiter du soleil. C’est devenu zen et beaucoup moins difficile. Je me l’explique encore mal, mais ma meilleure explication est que j’ai appris à être dans le moment tout simplement.

 

Moi et l'homme après le demi-marathon de Montréal 2013

Moi et l’homme après le demi-marathon de Montréal 2013

Aujourd’hui mes entraînements préférés sont les longues courses pendant les belles journées. Une  longue course à la pluie ça intéresse personne de toute façon. Je n’écoute pas de musique, c’est plutôt un temps méditatif avec moi-même. Des fois je pense à une foule de choses, des fois à rien. Ça peut sembler étrange, mais les petites course sont souvent plus difficiles puisqu’elles sont souvent dédiés à des exercices de vitesse ou à de l’entraînement sur dénivelés, mais pas toujours.

Ça a pris deux années avant que j’apprécie vraiment la magie de la course, mais honnêtement avoir commencé d’un meilleur pied je pense que j’aurais pu en tirer beaucoup plus de bénéfices plus tôt.

Honnêtement, un des plus grand bénéfices est que l’on se sent tellement bien après! Vive l’endorphine!

J’arrête ici, parce que les articles trop long ce n’est pas toujours plaisant et je ne veux pas vous tanner avant même d’avoir commence. Mais je reviendrai pour vous parler des marathons que j’ai courus et de ceux que je planifie courir cette année (oui oui, vous avez bien lu, marathons au pluriel….Ouf…..).

 

 

À propos de Emily

J'ai une passion pour tout. Par tout, je veux dire tout ce qui implique l'utilisation de mes mains, mes pieds, ma tête et mes papilles gustatives. De la couture au tricot, de la course aux voyages et à la déco DIY, rien de mieux que le sentiment d'accomplissement après avoir créé!
Cette entrée, publiée dans Course, Vie, est marquée , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s